Pourquoi désinfecter et décontaminer ?

Le milieu professionnel est aujourd’hui soumis à de fortes contraintes d’hygiène et de sécurité qui visent à garantir la santé des travailleurs et du public et à protéger leur environnement. Au-delà de la propreté des locaux visuelle, cela touche à toutes les préoccupations liées à la sécurité biologique. Dans cet article, nous avons, cette semaine, souhaité revenir sur les grands principes de la désinfection et de la décontamination et les techniques qui s’y rapportent.

Désinfecter et décontaminer : quelle différence ?

 Désinfecter et décontaminer renvoient l’un comme l’autre à un même un procédé qui consiste à lutter contre la présence de micro-organismes sur des surfaces. La différence entre les deux termes concerne les objectifs visés.

  • La décontamination est destinée à réduire la quantité des micro-organismes d’un environnement à un niveau sanitaire sûr et acceptable pour éviter tout risque d‘infection. Ces derniers peuvent persister sur les surfaces traitées sans risquer de contaminer quelqu’un.
  • La désinfection a pour objectif de réduire le risque infectieux, sans atteindre le niveau zéro, en éliminant le danger lié à la présence des micro-organismes.

Désinfection, décontamination et prévention des risques professionnels

 Les locaux professionnels, quels qu’ils soient, peuvent être infectés par des micro-organismes qui contaminent les sols, les surfaces et l’air lorsqu’ils trouvent des conditions favorables à leur multiplication : poussière, graisse, humidité élevée, …

En l’absence de nettoyage des surfaces, bactéries, germes, champignons et autres virus colonisent leur milieu en formant des biofilms. Leur prolifération peut s’effectuer de diverses manières, utilisation de matériels, introduction d’objets, infections spécifiques ou encore d’activités liées aux soins comme dans les établissements de santé.

Leur présence présente un risque pour l’homme qui peut se contaminer de différentes manières : par voie respiratoire, par contact ou par voie digestive.

Seul le respect de bonnes pratiques de nettoyage et de désinfection appropriés permet de limiter la contamination des personnes et de leur environnement.

Important :

  • Le nettoyage des surfaces vise à supprimer la poussière et les dépôts gras qui gênent l’activité désinfectante des biocides ainsi que les éléments nutritifs des micro-organismes.
  • Pour être efficace, la désinfection doit donc être précédée d’un nettoyage au moyen d’un détergent ou, s’appuyer sur un produit nettoyant désinfectant si les surfaces ne sont pas très sales.
  • Désinfecter une surface permet d’éliminer uniquement les micro-organismes présents au moment de l’opération et ne met pas à l’abri d’une recontamination ultérieure.
  • Les produits désinfectants ont un spectre d’activité qui détermine la variété des micro-organismes sur lesquels ils agissent. Les substances actives utilisées doivent être en adéquation avec l’action biocide recherchée : bactéricide, virucide, fongicide, …

Quand doit-on désinfecter ou décontaminer ?

Il n’existe pas de procédure ni de méthode universelle. La réussite des opérations dépend des problématiques de chaque milieu concerné en fonction des objectifs fixés par l’évaluation des risques. Les procédures de désinfection/décontamination doivent :

  • se conformer aux normes d’hygiène et de sécurité en vigueur (HACCP, RABC, …) dans les différents secteurs d’activité : industrie agroalimentaire, collectivités, secteur médical, …)
  • être adaptées aux activités et/ou activités contaminantes, aux locaux et aux surfaces.

Les techniques de désinfection et décontamination

Il existe deux manières de désinfecter.

  • La désinfection par application manuelle : il s’agit simplement d’utiliser un support à usage unique imbibé de produit désinfectant et de nettoyer les surfaces : chiffon, microfibre, bandeau de lavage, gaze pré-imprégnée, …
  • La désinfection des surfaces par voie aérienne - DSVA qui comprend :
    • Le dispersat dirigé : ce procédé manuel fait appel à un produit désinfectant qui est pulvérisé à l’aide d’un spray, d’un pulvérisateur manuel à pression ou d’un appareil automatique.
    • Le dispersat non-dirigé : ce procédé automatique s’effectue en pulvérisant un gaz ou un dispersat (brouillard sec, microgouttelettes, brumisation). Il est préconisé pour les traitements de choc et permet de traiter l'ensemble des surfaces d’un local, y compris les zones et/ou les surfaces difficiles d’accès avec la technique manuelle.
Livraison Express 24/48h   2500 produits d’hygiène et d’entretien Nos produits sont en stock Prix bas garantis Sur tous nos produits Fidélité récompensée Votre cadeau à partir de 110€
03 20 27 59 59
serviceclient@delcourt.fr
Formulaire de contact